Accueil

FINKIELCHOUCROUTE ET LE FOOT FEMININ : R. A. F !

FINKIELCHOUCROUTE ET LE FOOT FEMININ : R. A. F !

   Depuis l'invasion des chaînes de télé en Martinique__pire qu'un nuage de sauterelles en Afrique !__, il semblerait que le temps de cerveau disponible de l'Homo martinicensis soit presque entièrement consacré à regarder les émissions à la con des télés françaises. Enfin, l'Homo, n'exagérons pas ! Les femmes surtout...

   Tiens, en parlant de femmes justement ! Voici qu'une déclaration du grand philosophe télévisuel (on a les agoras qu'on peut !), Alain FINKIELCHOUCROUTE, celui qui avait déclaré au journal israélien Haaretz que l'équipe française de foot qui avait gagné la Coupe du Monde n'était pas du tout "blanck-blanc-beur" mais "black-black-black", vient de défrayer à nouveau la chronique. Enfin, philosophe ! Faut pas exagérer là non plus. Un philosophe c'est un mec censé inventer des concepts, pas raconter des conneries. Bref...

   Donc, le soi-disant philosophe soi-disant descendant direct de VERCINGETORIX (Tu parles ! Vu son patronyme, aucun de ses ancêtres ne se trouvait à Alésia), a braillé sur les plateaux-télé qu'il n'aimait pas voir les femmes jouer au foot. Aussitôt, ça s'est déchaîné sur les réseaux (a)sociaux : Martiniquais de "Là-bas" et Martiniquais d'ici, unis dans une même sainte colère, se sont déchaînés contre lui. La semaine d'avant, ils et elles (pardon ! Elles et ils) s'étaient déjà déchainés contre les propos de l'écrivaine Christine ANGOT qui avait déclaré à la télé (mais qu'est-ce qu'elles et ils ont toutes et tous à s'envitriner dans ce machin ?) que l'esclavage n'était juste qu'une préfiguration du Club Med et les bateaux négriers des ancêtres des paquebots de croisière.

   Re-bref...

   Donc si l'on comprend bien, "dès qu'un chien pète" , comme on dit en dialecte insulaire, il faut que dans la minute qui suit l'Homo martinicensis (qui ne mérite pas son titre vu son homophobie viscérale) et sa compagne sortent de leurs gonds et "se mettent à remuer la queue" (toujours en dialecte insulaire). Mais, bordel de nom de Dieu (qui n'existe pas), qu'est-ce qu'on en a à foutre des déclarations télévisuelles des DUPONT-LA-JOIE des bords de la Seine (qui prend sa source au Mont Gerbier-des-joncs, comme on l'apprend dans les écoles primaires martiniquaises), de la Garonne ou du Rhône ?

   Sa sa pé fouté nou ? (pour les traduction du latin se procurer un dictionnaire GAFFIOT)...

Pages