Accueil

FILLON ET LE TIMBRE COMMEMORANT LES COMBATTANTS D'AFRIQUE DU NORD

FILLON ET LE TIMBRE COMMEMORANT LES COMBATTANTS D'AFRIQUE DU NORD

   Nos journalistes locaux (et "blacks" dans l'Hexagone) ont poussé des cris d'orfraie lorsque François FILLON dans un meeting, a déclaré, il y a quelque mois, que "la colonisation fut un partage de culture".

On aurait dit qu'ils découvraient quelque chose ! Or, il n'y a pas si longtemps que ça, en 1997 très exactement, quand FILLON était ministre des Postes et Télécommunications, dans un gouvernement dirigé par un premier ministre appelé Alain JUPPE, la Poste avait sorti un timbre "en hommage aux combattants d'Afrique du Nord" que l'on peut voir en illustration du présent article. Timbre douteux puisqu'il montrait une carte des trois pays du Maghreb__Maroc-Algérie-Tunisie__comme si ce qui s'y était passé avait été identique, ce qui est absolument faux. D'abord, le Maroc et la Tunisie n'ont jamais été des colonies françaises, mais de simples protectorats et s'il y a eu effectivement des heurts avec l'armée française à diverses reprises dans ces deux pays, ils n'ont rien à voir avec l'atroce guerre d'Algérie qui, elle a fait environ 1 million de morts, la plupart musulmans. En effet, à l'inverse de ses voisines, l'Algérie était, depuis 1830, une colonie de peuplement où plus d'1 million de colons français, espagnols, sardes, italiens, siciliens et corses s'étaient installés, accaparant les meilleures terres et jetant les Algériens dans la misère la plus totale, instaurant même un régime de ségrégation raciale assez similaire à celle qui sévissait dans le Sud des Etats-Unis ou en Afrique du Sud. Il y a eu une guerre de libération en Algérie qui a duré 8 ans et à laquelle a participé notre compatriote Frantz FANON, aujourd'hui inhumé au cimetière des "chouhada" (martyrs) d'Aïn Kerma, dans l'est algérien. Durant cette guerre, que les différents gouvernements français ainsi que la presse française refusèrent de considérer comme telle, parlant d'"événements d'Algérie", tout l'arsenal de l'horreur contre les Algériens en révolte fut employé : rafles, destructions de villages entiers, viols de masse, exécutions sommaire de "fellaghas" (révolutionnaires algériens), tortures à la gègène, bombardements au napalm etc...

   Que fit François FILLON à la sortie du fameux timbre en question ? Il s'empressa de faire une déclaration à la presse disant que ce timbre n'avait aucun rapport avec le 19 mars 1962. A quoi envoie cette date ? A la signature des accords d'Evian entre Français et Algériens qui mit un terme à la guerre et permit l'indépendance de l'Algérie. Cette date est bien évidemment honnie par tous les nostalgiques de l'Algérie coloniale, les Pieds-noirs, l'OAS, les Lepénistes et l'extrême-droite en général. FILLON donc avait cherché à calmer ou à rassurer ces derniers : ce n'était pas du tout un timbre qui célébrait la fin des hostilités en Algérie, mais bien qui célébrait les soldats français qui y avaient servi (/sévi) !!!

   Ce qui s'est passé en Algérie durant 8 ans (1954-62) a relevé du "partage de culture", n'est-ce pas ?...

Pages