Accueil

FILLE NOIRE, PIERRE SOMBRE de Paule MARSHALL (1929-2019)

Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
FILLE NOIRE, PIERRE SOMBRE  de  Paule MARSHALL (1929-2019)

Paule MARSHALL, l’auteure de Fille noire, pierre sombre, un livre écrit en 1959 et devenu un classique, est une écrivaine africaine-américaine, dont l’œuvre insiste sur l’importance de l’héritage culturel pour les individus. Le sien est à la fois africain et caribéen. En 1983, elle écrit Racines noires, un roman de l’identité retrouvée. Née en  1929 de parents barbadiens, elle est décédée le 12 août de cette année 2019.

Pierre sombre ? A New York, une enfilade de vieux immeubles en pierre de taille brune dans une rue désertée par les Blancs. Fille noire ? Sélina une fillette dont nous suivons le parcours initiatique qui lui donnera au terme de l’adolescence le courage d’être elle-même. Ses parents barbadiens sont des personnages hauts en couleur et très émouvants. Silla, la mère de Sélina est une maîtresse-femme meurtrie par la vie mais pugnace. Elle n’a qu’une idée en tête, la poursuite de son rêve américain, devenir la propriétaire de la maison de pierre sombre qu’elle habite et prouver ainsi sa réussite. Moins pragmatique, Deighton le père, m’as-tu-vu, oisif et mari volage, passe son temps à construire des châteaux en Espagne avec l’espoir fou de retourner un jour à la Barbade. Il y a hérité d’un terrain sur lequel il rêve de construire une maison « en bonne pierre du pays » et « peinte en blanc ». Mais Silla le presse de vendre ce lopin. Deighton refuse de s’en défaire au profit d’une de ces « bicoques minables » que sa femme veut acquérir. D’où une lutte sans merci et tragique entre les époux.

Dans ce roman les dialogues prédominent. Les personnages s’y donnent la réplique avec beaucoup de verve et de drôlerie. Paule Marshall a le sens du mot suggestif et du geste évocateur. Il est facile d’imaginer une adaptation de ce texte pour le théâtre.

Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES

Pages