Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

FAUDRAIT-IL EN RIRE OU EN PLEURER ?

Térèz Léotin

Nous avions osé croire que lorsque nous serions venus montrer notre mécontentement à madame la Ministre de la Justice, nous aurions quelques chances d'être entendus, alors nous avons osé manifester.

Nous avions osė penser qu'en  nous postant gentiment avec les cercueils symbolisant la mort de notre justice, la mort idéologique autant que la mort physique à petits feux des Martiniquais par   molécule Chlordécone interposée, celle de nos morts du crash,  la déportation des néo-titulaires, celle du docteur Burger non élucidée, ainsi que  l'enterrement programmé du dossier du CEREGMIA, nous ne passerions pas inaperçus.  Alors nous avons mobilisé nos troupes, celles qui n'étant pas retenues par les obligations de vacances bien méritées,  pourraient  mener une action devant l'Hôtel de Région. Nous comptions sur l'impact. Madame la Ministre et sa délégation nous ont vus. Ils se sont dirigés vers nous et  la Ministre est venue entendre nos doléances. Nous avions plein de cercueils, et de panneaux et nous disions  : justice égalité, jistiss égalité.

Son conseiller a reçu une délégation de quatre personnes, peut-être pour nous entendre.

Nous n'avons bloqué aucune rue, aucun boulevard, nous avons fait une action pacifique. Est-ce que l'on nous le reproche ? Car nous n'avons eu droit qu'à un ridicule entrefilet dans France-Antilles. ATV derrière sa caméra, certainement un peu trop sélective, ne nous a jamais vus, donc elle ne pouvait pas nous  capter, c'est le cas de le dire. N'allez-pas ici vous imaginer que nous pensons que cette TV serait acquise à la cause des voyous du CEREGMIA, loin de nous cette pensée. Elle serait trop négative, et on nous taxerait tout de suite  d'acharnement toujours. Ils ne nous ont pas vus. Point.

 Martinique Télé a fait un reportage éclair  (au chocolat) qui avait très peu de kako  dou  dedans.

Force reste à la loi, n'est-ce-pas ? Nous ne voulons pas croire, non plus que  la presse serait acquise à la loi du plus fort.

Heureusement pour nous qu'il y avait une Dame, habituée des décolletés éloquents qui, elle, nous a vus. Nous semblons la gêner, et contrairement à madame la Ministre qui n'a pas arrêté de caresser trop familièrement la tête d'un enfant qui accompagnait sa grand-mère, elle au moins,  son visage montrait sa désapprobation. Elle ne sait pas pratiquer  le  même genre d'hypocrisie que certains de ses confrères. Elle paraissait  ne partager ni cette trop grande proximité de la part d'un ministre, oui, ni surtout cette rencontre inopinée, et elle était  gonflée de rage comme un poisson armé,  autrement dit en créole un "tjouf-tjouf". Elle laissait entendre avec son visage vraiment trop éloquent que  ce n'était surtout  pas le moment de perdre son temps en conciliabules inutiles et qu'il y avait des choses autrement plus sérieuses et urgentes, à discuter dans le salon, là haut entre gens de bonne compagnie, autour d'un champagne peut-être.

 

"Présentez-moi cette dame ! " pourrait s'écrier  Dominique STRAUSS-Kann, tandis que LÉVI-STRAUSS dirait "TRISTES TROPIQUES".

Aurions-nous les politiciens que l'on mérite ?

 

Térèz Léotin

Image: 

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages