Accueil

É si nou té ka fè Édwa Glisan palé kréyol ?

Madjanie LEPRIX
É si nou té ka fè Édwa Glisan palé kréyol ?

Lakou lékol-la té plen épi dé kalté gran-papa zeb sé zélev-la té ka maré twa pa twa épi an gwo nouk an tet-yo. Pannan yo té ka fè sé nouk-la, yo té ka résité ti pawol-tala : Twa chien, twa chat, si i vini, sé pa ba mwen. Dapré yo, sé ti pawol-tala ki té kay fè si pwofésè-a pa té kay entéwojé yo nan pochen kou-a. Tout fil zélev-la ki té douvan lapot sal-la (anba pankat let fléri a : Dòmi névè di tan sé sikré pou an bel lavi vié-kò oben vié-fanm !) té ékoutan asou zafè maré nika a ! Pli gran dwet  an mitan lanmen goch la té naté asou lonjè-a, déziem dwet menm lanmen-an, toujou pou met-la pa pengad yo é kon sa, i pa té kay entéwojé yo pies. Sa yo té ka tjenbé ka palé kréyol, kréyol an lang moun té wont palé ek nou pa té ni dwa palé an lékol-la té ka : aliyen kò-yo, mété lanmen-yo douvan, dwet-yo kolé é lévé anlè, pou yo chak la té trapé sé senk kout reg-la yo té ni andwa a.

 

E. Glisan  Katriyem siek (Le quatrième siècle), p : 257-258

Tradiksion kréyol : Zélev kréyol 3èm 5 lanné 2009-2010, Kolej Edwa Glisan, anba lopsion Man Lèpri

 

 

 

Mathieu Béluse, le héros de La Lézarde, revit dans Le quatrième siècle ses souvenirs d’écoliers :

 

            La cour de l’école, semée de grandes herbes que les élèves attachaient trois par trois d’un gros nœud au sommet, en récitant la formule Trois chiens, trois chattes, si elle vient c’est pas pour moi, qui permettait de ne pas être interrogé à la classe suivante. La file des élèves devant la porte de la salle (sous la pancarte aux lettres fleuries : » Dormez neuf heures- c’est le secret- d’une verte vieillesse ! »), tous attentifs à bien marrer nica !, le majeur de la main gauche noué sur l’index, toujours pour éloigner l’attention du maître et échapper à l‘interrogation. Ceux qui se faisaient surprendre à parler créole, langue honteuse et prohibée : alignés, les mains offertes, les doigts joints et tendus vers le haut, pour recevoir chacun les cinq coups de règle.

 

Édouard Glissant, Le quatrième siècle, p.257-258, Éditions du Seuil.

Pages