Accueil

DISCOURS AU MARCHE DU CHOMAGE

Samih Al Qasim (traduction française Abdellatif Laabi - traduction créole Daniel Boukman)

L’écrivain marocain Abdellatif Laabi, sous le titre Discours au marché du chômage, a traduit en français un texte du poète palestinien, Samih Al Qasim. En solidarité avec le peuple palestinien, de nouveau, victime à Gaza de la barbarie militaire d’Israël et ce, dans le silence complice des pays du monde occidental qui s’autoproclament défenseurs de la liberté, à partir de la version française, Daniel Boukman a traduit / adapté en créole martiniquais un extrait du poème de Samih Al Qasim

Je perdrai peut-être – si tu le désires – ma subsistance
Je vendrai peut-être mes habits et mon matelas
Je travaillerai peut-être à la carrière comme porte-faix…balayeur de rue
Je chercherai peut-être dans le crottin des grains
Je resterai peut-être nu et affamé
Mais je ne marchanderai pas
Ô ennemi du soleil
Et jusqu’à la dernière pulsation de nos veines
Je résisterai !

Tu me dépouilleras peut-être du dernier pouce de ma terre
Tu jetteras peut-être ma jeunesse en prison
Tu pilleras peut-être l’héritage de mes ancêtres
Tu brûleras peut-être mes poèmes et mes livres
Tu jetteras peut-être mon corps aux chiens
Tu dresseras peut-être sur notre village l’épouvantail de la terreur
Mais je ne marchanderai pas
Ô ennemi du soleil
Et jusqu’à la dernière pulsation de nos veines
Je résisterai !

Tu éteindras peut-être toute lumière dans ma vie
Tu me priveras peut-être de la tendresse de ma mère
Tu falsifieras peut-être mon histoire
Tu mettras peut-être des masques pour tromper mes amis
Tu élèveras peut-être autour de moi des murs et des meurs
Tu me crucifieras peut-être un jour devant des spectacles indignes
Mais je ne marchanderai pas
Ô ennemi du soleil
Et jusqu’à la dernière pulsation de nos veines
Je résisterai !

{{{***}}}

Pou lapéti’w pétet san manjé san bwè man ké rété
Pétet man ké vann rad-mwen épi kabann-mwen
Anlè do-mwen pétet man ké chayé woch épi woch… man ké balié dalo lari
An mitan zòdi pétet man ké chèché tibren pen
Pétet man ké touni man ké mò fen
Mé man pé key moli ba’w bouwo
Ek jiktan tjè-mwen ké bat ké bat bat
Sé doubout man ké rété doubout !

Ou ké pétet tiré anba plat-pié mwen dènié dènié mòso tè-mwen
Jennbway-la man yé a ou ké pétet fouté’y lajol
Ou ké pétet déchépiyé léritaj zanzet-mwen
Ou ké pétet brilé powézi-mwen épi liv-mwen
Pétet ou ké mété péyi-nou an anba an sel jouk lanmò
Mé man pé key moli ba’w bouwo
Ek jiktan tjè-mwen ké bat ké bat bat
Sé doubout man ké rété doubout !

Pétet ou ké toufé bobech chapel lavi-mwen
Pétet ou ké chayé mwen lwen manman-mwen ki enmen mwen
Pétet ou ké migannen listwè péyi-mwen
Ou ké pétet mété mas pou kouyonnen zanmi-mwen
Pétet lantou mwen ou ké mété masonn dèyè masonn
Ou ké pétet fòsé mwen gadé tout kalté model vakabonnajri
Mé sé di’w man ka viré di’w bouwo
Man pé ké moli ba’w
Ek jiktan tjè-mwen ké bat ké bat bat
Sé doubout man ké rété doubout !

Post-scriptum: 
Schoelcher, ce 17 juillet 2014 Dans le silence complice des pays du monde occidental défenseur – à géométrie variable – de la liberté, depuis dix jours, Israël massacre sous ses bombes la population palestinienne de Gaza (36O km2, 1, 7 millions d’habitants)

Pages