Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

"Didier Laguerre, collaborateur de l'Etat français !"

 "Didier Laguerre, collaborateur de l'Etat français !"

   Le maire de Fort-de-France a passé un sale quart d'heure devant une quarantaine d'activistes qui lui demandaient de les accompagner au commissariat de Foyal.

   En effet, deux des leurs ont y été placés en garde à vue depuis hier et des échauffourées ont éclaté entre policiers et militants jusqu'à tard dans la nuit. Les statues de Joséphine et de D'Esnambuc ont même subi des tentatives d'incendies. L'un des manifestants a été tabassé par les gardes-mobiles (qui entre temps avaient remplacé les policiers).

   Les activistes ont d'abord tenté de convaincre le maire PPM de revêtir son écharpe bleu-blanc-rouge et d'aller avec eux réclamer la libération de leurs camarades. D. LAGUERRE a essayé longuement de parlementer avant que les insultes ne se mettent à fuser :

   "Initil !", "Collaborateur de l'Etat français", "Lâche !", "Complice du colonialisme" etc...

   Puis, devant le refus du maire de s'exécuter, un début d'échauffourée a éclaté. D. LAGUERRE a alors été conduit à l'intérieur du hall d'entrée de sa mairie par son service d'ordre, hall aussitôt envahi par les manifestants déchaînés. Personne n'a oublié que S. LETCHIMY et D. LAGUERRE avaient traité les activistes de "vandales" suite au déboulonnage par ces derniers des statues de Victor SCHOELCHER le 22 mai dernier. Le PPM paie aujourd'hui les conséquences de cette accusation exagérée. Il paie aussi ses quatre décennies d'atermoiements quant à son propre mot d'ordre d'autonomie qu'il a renié avec le tristement fameux "Moratoire" en 1981 et par la suite, en 2010, le vote "NON" à l'Article 74 qui, comme à Saint-Barth, aurait pourtant permis d'attribuer aux collectivités locales une plus grande marge de manoeuvre. 

    Non, ces jeunes et les vieux militants qui sont à leurs côtés ne sont pas des vandales. 

    Ils expriment le désarroi d'une jeunesse sans perspectives, sans avenir, dans un pays qui est, lentement, mais sûrement, en train d'être dilué. Un pays dont les élites politiques auraient dû depuis longtemps__et c'est valable aussi pour les indépendantistes du MIM, du PALIMA, du CNCP et de PEYI-A__changer de braquet. Tous les partis politiques de gauche et d'extrême-gauche se retrouvent aujourd'hui sur la sellette, bousculés dans leur tranquille petit confort colonial par une cinquantaine d'activistes déterminés et dont il est douteux qu'ils s'arrêtent là. Pendant qu'on élit en grandes pompes les présidents de communautés d'agglomération dont on sait qu'ils n'ont aucun pouvoir de changer la situation, une fraction de notre jeunesse hurle son désarroi et son exaspération. 

   Le Pouvoir français, pour sa part, se frotte les mains car il sait bien que cinquante ou cent cinquante personnes ne sauraient représenter tous les Martiniquais. Il sait aussi que vociférer des slogans noiristes et brûler des statues ne peuvent aucunement l'ébranler. Cela doit même l'amuser de voir des Martiniquais s'entredéchirer et des élus se faire publiquement humilier comme cela a été le cas de Didier LAGUERRE.

   Ce petit jeu peut durer longtemps, or le temps est compté à la Martinique. Il est déjà presque trop tard. A notre sens, il n'y a qu'une solution et une seule pour sortir de cette impasse : que tous les partis de gauche et d'extrême-gauche se réunissent en urgence pour exiger de l'Etat français un référendum sur l'autonomie en 2021 et ensuite un référendum sur l'indépendance en 2025.

   Bref, établir enfin un calendrier de décolonisation comme l'Etat français a su le faire en Kanaky (Nouvelle-Calédonie)...

Document: 

Tensions entre Didier Laguerre et des militants devant la mairie

Commentaires

Véyative | 18/07/2020 - 07:23 :
Traiter les activistes de vandales? Héritiers de Césaire? N'est ce pas une première qu'un maire PPM de Fort de France se fasse agresser de la sorte?

Pages