Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Des productions littéraires destinées au public jeune

Monique DORCY/Lydie HO-FONG-CHOY CHOUCOUTOU
Des productions littéraires destinées au public jeune

Si la recherche universitaire portant sur des personnalités guyanaises, littéraires ou non, trouve aujourd’hui un écho auprès d’un auditoire averti, en revanche, très peu de  ces productions sont destinées au public jeune. La collection Orénoque, éditée aux Editions du manguier, se propose de combler cette lacune, en offrant de courtes biographies, illustrées, accompagnées de documents d’archives et d’un appareil critique aidant à la connaissance.

Léon-Gontran Damas forme le premier volet de ce projet, qui, nous le souhaitons, éveillera le désir de le lire (re-lire) et de poursuivre l’analyse de son œuvre, mieux connue ailleurs qu’en Guyane. Ce poète souvent incompris et donc mal aimé, s’est attaché à défendre, sa vie durant, la dignité de l’homme noir, et ce faisant, de l’Homme tout court.  

Quel intérêt pour des jeunes à lire Atipa, un texte daté (1885), pour un public exclusivement guyanais, en créole, dont la paternité fait encore débat ? A n’en pas douter, celui de regarder de l’intérieur une société post-esclavagiste de fin du XIXe siècle, d’’en constater les mutations économiques et sociales ainsi que les permanences, de savourer une langue créole vécue comme telle. « Atipa » est un récit ethnographique qui fait l’inventaire de la culture populaire guyanaise ; de la langue créole à la littérature orale, de la musique et chants au tambour à la phytothérapie créole, de la gastronomie aux croyances magico-religieuses, la créolité guyanaise s’affiche dans ses fondements. Ce texte, sans l’avoir prophétisé, donne à voir comment la culture aide à construire l’Homme.

Souhaitons que grâce à  ces synthèses, le poète comme le roman  trouvent leur place dans la mémoire de la jeunesse guyanaise (ou pas) !

                                               Monique Dorcy

                                               Lydie Ho-Fong-Choy Choucoutou

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.