Accueil

CRITIQUE INDEPENDANTISTE DE L'ACTIVISME NOIRISTE

CRITIQUE INDEPENDANTISTE DE L'ACTIVISME NOIRISTE
   
  L'assaut donné à des bus transportant des touristes à l'aéroport du Lamentin l'autre soir a suscité des critiques diverses et variées.
   De deux sortes :
 
    __les critiques "assimilationnistes" : la crevaison des pneus de ces bus, les insultes lancées aux touristes, l'invasion de la zone sécurisée de l'aéroport etc...vont donner une image désastreuse de la Martinique au niveau international car elles vont tourner en boucle sur l'Internet. Cela va ruiner les efforts faits pour développer "notre" tourisme etc...De même que les blocages répétées des supermarchés portent des coups sévères à "notre" économie.
 
   __les critiques "humanistes" : quelque soit le problème que nous avons, nous n'avons pas le droit de nous en prendre de cette façon à des êtres humains, à des personnes qui ne sont en rien responsables de la crise du coronavirus et qui sont, pour beaucoup, des travailleurs qui ont économisé toute l'année pour pouvoir s'offrir un court séjour au soleil.
 
   Ouais...
 Et s'il y avait une autre, une troisième manière, d'analyser les choses ? Elle pourrait, par exemple, prendre la forme suivante :
 
   __la critique "indépendantiste" : Les Martiniquais ont peur à la fois de l'autonomie et de l'indépendance surtout. Ils l'ont démontré en votant à 78% contre cette poussière d'autonomie qu'était l'Article 74. Cette peur est compréhensible : nos indépendantistes de tous bords se sont contentés soit de gérer quand ils sont élus soit de se battre pour les réparations de l'esclavage sans qu'aucune de ces deux factions ne présentent un début de programme chiffré de l'indépendance qui serait en mesure de rassurer les gens légitimement inquiets. Et ces mêmes Martiniquais n'élisent certains indépendantistes que parce qu'ils savent qu'ils ne trempent pas dans la corruption et que leur pouvoir est purement local. Sinon, en cas de référendum sur l'indépendance, ce ne sont pas 78% qui répondront "NON", mais bien 90% !
 
  Bloquer des supermarchés, crever des pneus de bus transportant des touristes, insulter ces derniers etc...n'ont qu'un seul résultat : renforcer la peur des Martiniquais envers toute forme d'indépendance. Quand ils voient des braillards hirsutes et des hystériques déguisées en Africaines se livrer à de tels actes, ils se disent : "Si c'est ça, l'indépendance, nous n'en voulons pas !". Et ce refus est parfaitement légitime. Alors, on nous dira : "Oui, mais ces activistes ne réclament pas l'indépendance. Ils en veulent au Békés responsables du chlordécone et aux touristes porteurs de coronavirus." En effet ! D'ailleurs, c'est leur droit le plus absolu de ne pas vouloir ou de ne jamais mettre au premier plan de leurs revendications l'accession de notre pays à sa souveraineté. Oui, c'est leur droit le plus absolu !
  Mais une question vient immédiatement à l'esprit:
 "Pourquoi vouloir rester membre d'un pays de Blancs alors qu'on passe son temps à vitupérer contre ces derniers ?"
  Oui, à quoi rime ce cirque ? Car nous ne sommes pas "les Noirs américains des Français". Nous sommes un peuple différent avec sa propre histoire, sa propre langue, sa propre musique, sa propre cuisine etc. et qui de plus, se trouve à 7.000kms de la métropole coloniale. En bonne logique, notre seul et unique avenir est de nous séparer dans l'amitié (est-ce que la Tunisie, le Vietnam ou le Gabon, anciennes colonies françaises, sont des ennemis de la France ?). Et notre tâche première est de rassurer les Martiniquais quant à la viabilité de cette indépendance, pas de les effrayer encore plus en se livrant à des actions imbéciles qui, répétons-le, ne font que renforcer ladite peur.
 Tout ce cirque est donc anti-indépendantiste objectivement parlant.
 Et c'est pourquoi ni à Barbade (capitaliste) ni à Cuba (communiste), le gouvernement n'aurait toléré une seule seconde que l'on crève des pneus de touristes. Cela n'est possible que dans une colonie peuplée de "mendiants arrogants" (Aimé CESAIRE)... 

Pages