Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

COVID-19 : C'EST LE BON MOMENT, MAMAN LA FRANCE !

COVID-19 : C'EST LE BON MOMENT, MAMAN LA FRANCE !

 Avoue que tu es bien embêtée avec nous ! Certes, ça t'emmerde de devoir perdre la Kanaky bientôt et la Guyane demain, mais pour les autres confettis, bof !

 Donc, c'est le bon moment avec cette affaire de virus. Faut en profiter. Car peut-être qu'une aussi belle occasion ne se représentera pas de si tôt. Ils disent, ces Iliens, pis-que-pendre de toi. Que tu es colonialiste. Raciste. Capitaliste. Impérialiste. Leurs politiciens ne cessent de te critiquer. Leurs indépendantistes de te vomir. Leurs syndicalistes de te cracher dessus.
 Alors, Maman la France, prend-les au mot !
 Enclenche le processus de...décolonisation. Sans complexes. L'Angleterre n'en a pas eu quand, en 1969, elle a annoncé à St-Lucie et Dominique qu'elle partirait dans dix ans. Et comme dit comme fait ! En 1979, ces îles ont accédé à l'indépendance. Sans douleur. Sans cris. Sans coups de fusil. Mieux : la tête couronnée d'Elisabeth II figure jusqu'à ce jour sur leurs billets de banque et leurs timbres. Car, Maman la France, les séparations à l'amiable, ça existe ! Quand dans un couple, l'un n'est pas content, eh bien il prend ses cliques et ses claques et il s'en va. Point à la ligne.
 Ils ne veulent pas de l'indépendance, dis-tu, ces Iliens ? Heu...c'est vrai que quand on regarde les élections chez eux, soit ils votent pour des Gaulois bronzés soit, les petits malins !, pour de faux indépendantistes. Faut que tu arrêtes ce petit jeu-là. Seuls des enfants s'amusent à ça, des adultes, de vrais adultes, non. Crée donc une commission avec un nom assez vague pour ne pas les effrayer. Du genre "Commission sur l'avenir de l'Outremer". Et puis dedans, arrange-toi pour y mettre des personnalités internationales. Aucun Ilien qui se respecte, surtout ceux qui te vouent tous les jours aux gémonies, ne pourrait refuser Angela Davis, Ramon Grosfoguel, Achille M'Bembe, Arundathi Roy, Cornel West et consorts.
 Bien entendu, ces gens n'auraient qu'un rôle d'observateur-conseiller. Mais ça garantirait la transparence de l'opération. Pendant ce temps, fait tes juristes plancher sur des constitutions adaptées aux îles ! Tu l'avais fait en 1960 quand tes colonies d'Afrique noire sont devenues indépendantes, non ? Bon, faudrait pas que les travaux de cette commission s'éternisent. Sinon elle finirait en eau de boudin (très peu créole). Six mois pas plus. Seraient définies les conditions pour parvenir à l'autonomie alimentaire et énergétique des îles. Ca ne mange pas de pain ! Pas de quoi effrayer les bénéficiaires des 40% dans l'Atlantique, des 60% dans l'Océan indien et des 80% dans le Pacifique. Puis, la commission en arriverait à l'esquisse d'une "responsabilité locale". Hou là ! Evite les mots "autodétermination", "indépendance" et autres termes grossiers. "Locale", ça sonne bien aux îles. Ca donne l'impression d'être important. D'être le centre du monde. Ben non, aucun Ilien ou presque ne sait qu'il existe des pays appelés Tadjikistan, Malaisie, Paraguay et autre Tonga.
  Mais les Iliens n'ignorent quand même pas qu'autour d'eux, il y a d'autres îles. C'est pourquoi il faut passer au thème suivant : "Intégration économique dans l'environnement régional". Rien là non plus qui puisse faire frémir qui que ce soit. "Régional" sonne bien aussi. C'est un mot suffisamment élastique et vague d'autant qu'accolé à "économique", il rassure. Ca rime avec développement. Certes, il y a l'épineux problème béké, mais à ces nostalgiques de la Plantation, tu diras, comme De Gaulle aux Pieds-noirs d'Algérie : "Je vous ai compris !".  
 Donc d'abord autonomie alimentaire, ensuite autonomie énergétique, puis responsabilité locale, enfin intégration économique dans l'environnement régional. Six mois de cogitations, pas plus. Et à la fin des travaux de la commission, jette les cartes sur la table ! Brutalement cette fois : "Messieurs-dames, Iliens, Iliennes, la  commission a démontré que vous pouvez vous débrouillez tout seuls. Finie Maman la France !". Bon, ça va jeter un froid. Pas grave vu qu'il fait généralement chaud aux Iles. Les mêmes qui te vouaient aux gémonies vont sans doute exiger un référendum. Surtout fait pas ça ! Surtout pas. Sinon, ce sera foutu. La Commission aura planché pour du beurre. Tu risques de te retrouver avec 98% de "NON" sur les bras.
  Tu sais quoi ? La meilleure solution est, à la tribune de l'ONU, que ton représentant fasse une déclaration solennelle disant que tu es prête à accompagner tes dernières colonies sur la voie de l'indépendance. Demande ensuite un vote de l'Assemblée générale ! On voit mal qui rejetterait ta proposition. A part, deux-trois affidés comme le Sénégal, le Gabon ou la Côte d'Ivoire, les 160 et quelques pays membres de l'ONU avaliseraient celle-ci. Fort de cet imprimatur international, tu reviendrais triomphalement vers les Iliens.  
  Et là, ils ne pourraient plus l'ouvrir comme à leur habitude. Fin de l'Acte 5. Rideau.
 (C'est trop complexe ce plan ? OK, mais trouve autre chose, merde ! T'es quand même la 6è puissance mondiale et t'es bourrée d'énarques, de polytechniciens, de juristes, d'économistes, de politologues. Si tu ne saisis pas cette opportunité du Covid-19, y'en aura pas d'autre avant longtemps.)

Commentaires

michel mirgan | 07/05/2020 - 14:29 :
Excellentissime!! L'auteur de cet article veut manifestement se faire émasculer par nos (pseudo) indépendantistes !!!!!Au fait où est passé Jean-Philippe Nilor ?

Pages