Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

CORONAVIRUS : NE PAS ATTENDRE SUR LE PAPA BLANC

CORONAVIRUS : NE PAS ATTENDRE SUR LE PAPA BLANC

 Tous les jours des passagers débarquent en Martinique par avion ou par bateau.

 Ils proviennent principalement de France, mais aussi d'autres pays européens et du Québec ainsi de la Caraïbe (Sainte-Lucie principalement). L'Etat chinois ayant mis un temps considérable à prendre la mesure de l'épidémie de coronavirus ou ayant voulu la dissimuler au reste du monde, il est clair qu'aucun pays n'a pu échapper à la contamination. Sans même parler des 3.000 passagers de toutes nationalités qui se trouvaient sur un navire de croisière qui a accosté au Cambodge et que ce dernier a laissé filer dans la nature. Le plus vraisemblable est que ces personnes ont regagné leurs pays depuis.  
  Certes, certains pays (Chine, Japon, Iran, Italie etc.) sont plus spectaculairement frappés que d'autres, mais il est ridicule de croire que l'insularité a protégé la Martinique du coronavirus. Nous avons évoqué les passagers qui arrivent tous les jours de manière légale, mais quid des centaines d'autres qui pénètrent clandestinement sur notre territoire depuis Le Prêcheur ou Sain-Anne? Ceci pour dire qu'au lieu que nos élus (parlementaires, maires etc.) prennent des disposition pour déjà faire face à une éclosion de la maladie dans notre île, cela sans attendre que le Papa Blanc se bouge, ils préfèrent adresser des lettres au gouvernement français pour lui demander d'empêcher qu'un avion en provenance d'Italie atterrisse au Lamentin. Or, il aurait déjà dû y avoir une mobilisation et une préparation dans toutes nos mairies comme c'est le cas dans celle des Abymes en Guadeloupe.
  D'autres se livrent à leur cirque habituel, déclarations grandiloquentes par mégaphones à l'appui et drapeaux au vent, rendant comme toujours responsable l'Autre, le Papa Blanc. Il n'est évidemment pas question de nier que cet avion Italien représente un grave danger, mais c'est aussi le cas de tous ces bateaux de croisière qui font escale à Fort-de-France depuis deux mois. Leurs passagers, de toutes nationalités, se baladent partout dans la ville sans que cela émeuvent ni nos politiciens rédacteurs de lettres au gouvernement ni nos agitateurs noiristes. Ces milliers de croisiéristes achètent des mains de nos marchandes, entrent dans les magasins, se rafraichissent dans les bars et les restaurants, demandent leur chemin aux passants etc...
 Pourquoi donc ne pas nous mobiliser NOUS-MEMES au lieu de toujours protester contre l'inaction du Papa Blanc ?
Image: 

Pages