Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Communiqué de presse de la présidente de l'Université des Antilles

Des personnes s’expriment sur les médias, en qualité d’universitaires au nom de l’Université des Antilles, alors qu’elles ne sont pas des personnels de l’université des Antilles, pas plus qu’elles ne le sont d’autres universités

Rattachées comme membres associés au laboratoire CEREGMIA, nombre de ces personnes ont inondé la communauté universitaire de mails injurieux et diffamatoires à l’encontre de la présidence actuelle, dès lors que cette dernière a entrepris les procédures disciplinaires et judiciaires en cours.

La présidente de l’université est consternée par la répétition de ces propos diffamatoires qui sont tenus lors des interventions de ces personnes, qui n’ont aucune qualité ni compétence pour formuler ce qui n’est qu’opinion partisane, justifiée par leur étroite association avec le CEREGMIA. Ces jugements vont à l’encontre de tout ce qui est dit dans les rapports d’experts officiels.

Toutes les procédures engagées l’ont été sur la base initiale du Rapport de la Cour des Comptes et de l’enquête préliminaire initiée par le Procureur de la Cour des Comptes auprès du Procureur de la république, et sur le fondement d’autres rapports d’institutions expertes.

Aucun rapport produit sur l’UAG ne met en cause les Facultés de l’université. Les défaillances constatées entre 2005 et 2009 sur la gestion des heures complémentaires ont été réglées sous la mandature de Pascal Saffache. L’actuelle présidente de l’université a été doyen de la Faculté des Lettres à compter d’avril 2009. Sa gestion ne saurait donc être mise en cause dans ce rapport de la Cour des Comptes, pas plus que celle de l’actuel doyen, élu en 2013.

Il est regrettable que des personnes impliquées dans le dossier à divers titres se répandent sur les médias pour cautionner la gestion désastreuse du CEREGMIA par son ex-directeur, lequel vient d’être sanctionné à ce titre par la commission de jugement de Toulouse.

Ces mêmes personnes ne parlent jamais des rapports officiels produits et les escamotent, passent sous silence les au moins 8 millions d’euros que l’université doit rembourser et essaient de faire passer l’idée d’un conflit personnel, là où il y a une démarche de bonne gestion de l’université.

 

Le 27 juin 2015