Accueil

COMMENT VAVAL S’EST FAIT RHABILLER OU LES AMBIVALENCES DU MAIRE DE FORT-DE-FRANCE SUR LE DRAPEAU NATIONAL MARTINIQUAIS

Francis Carole
COMMENT VAVAL S’EST FAIT RHABILLER OU LES AMBIVALENCES DU MAIRE DE FORT-DE-FRANCE SUR LE DRAPEAU NATIONAL MARTINIQUAIS

   Nous avons, dans un précédent article, montré les incohérences politiques du maire de Fort-de-France sur le drapeau Rouge Vert Noir.

   En effet, de notre point de vue, on ne peut pas faire « adopter » ce drapeau par le conseil municipal de la ville et s’empresser le lendemain de déclarer qu’il ne sera surtout pas hissé sur le lieu de délibération du conseil municipal et le symbole politique de la ville, à savoir la mairie. « Il n’est pas question » déclare M.Laguerre, dans une interview parue dans France-Antilles, « de l’apposer sur des institutions comme la mairie, mais de le mettre sur des lieux municipaux, en particulier le stade Pierre ALIKER qui est un lieu sportif et culturel ». Étrange galimatias dialectique ! Il sera donc fait une place à ce drapeau sur des édifices secondaires...

   Quel individu ayant un minimum d’exigences intellectuelles pourrait comprendre et cautionner ce zannzolaj politique ? Est-ce ainsi que l’on traite des symboles que l’on dit vouloir « reconnaître » ? Est-ce de cette manière presque honteuse qu’on prétend mettre en œuvre une « démarche de conscientisation et d’accompagnement du peuple martiniquais dans sa recherche de symboles fédérateurs» ?

    D'ailldeurs, c’est de manière très secondaire et cavalière que cette question a été introduite en cours de conseil municipal. D’abord, elle n’était pas inscrite à l’ordre du jour adressé aux conseillères municipales et aux conseillers municipaux de la ville. 

   Sachant que le conseil municipal ne peut délibérer que sur des questions figurant à son ordre du jour, le maire aurait pu alors, en début de séance, demander au conseil de voter l’inscription de ce point à l’ordre du jour, ce qui aurait permis d’éviter que la délibération prise ne soit entachée d’irrégularité. Il a soigneusement refusé de le faire, préférant la méthode tortueuse qui consistait à demander à un élu de sa majorité de l’interpeller sur le débat autour du drapeau, en cours de séance.

   Pourquoi un stratagème aussi saugrenu, alors qu’il eût été plus transparent et plus politiquement responsable de mettre la question du drapeau parmi les points à discuter par les élus ?

   Le VAVAL 2019, réalisé , comme les précédentes années, par les services de la mairie de Fort-de-France, porte les mêmes stigmates d’incohérences politiques. D’abord la ville ppm nous livre un drôle de bonhomme vêtu en Rouge Vert Noir ( comme le drapeau martiniquais) et buvant force champagne (Fertile imagination !). Puis, devant le tollé suscité par le choix de cette étrange créature et des symboles qui le recouvrent -surtout après l’adoption, même honteuse du drapeau Rouge Vert Noir- la ville se ravise et rhabille son VAVAL de rose et de rouge. La bouteille de champagne demeure et on lui rajoute un gilet jaune (Imagination débordante !). Tout est donc parfait. Le Rouge Vert Noir ne sera pas brûlé dans la ville-capitale un mercredi des cendres...

   Ces incohérences et ratés successifs sont l’expression même du trouble intellectuel et politique du maire sur la signification du drapeau Rouge Vert Noir. Le drapeau national martiniquais ne serait, à ses yeux, qu’un des multiples « drapeaux régionaux » de la France, comme « celui de l’Occitanie ou encore de la Bretagne » (Faut-il, en passant, rappeler que les Occitans osent au moins afficher leur drapeau sur leurs principaux édifices officiels ? ). Ce ne serait pas, pour le néo-Ppm, l’expression de l’existence d’une nation et d’un peuple martiniquais.

   Francis CAROLE
   MARTINIQUE
   Lundi 4 mars 2019

Image: 

Commentaires

Véyative | 05/03/2019 - 08:06 :
Ambivalence, trouble intellectuel et politique: mais c'est la nature même du PPM! Et ça a commencé depuis la déclaration du moratoire , puis le "chatt en sac" lors du votre sur l'article 74, ensuite la 3ème voie. On attend le prochain épisode du soap opéra.