Accueil

CE QUE NOUS SUBISSONS DEPUIS 3 ANS...

   Certaines personnes  se sont émues d'un petit poème de l'écrivaine Terez LEOTIN intitulé "Parti de la Martinique Poubelle" publié sur notre site, demandant à ce qu'on ne tire pas sur une ambulance ou n'achève pas un cadavre. 
   Quelle grandeur d'âme !

   Car où étaient ces mêmes personnes quand, au cours des 3 années qui viennent de s'écouler, la Présidente de l'Université des Antilles et moi-même été quotidiennement et copieusement insultés et diffamés ? Est-ce que quelqu'un parmi ces belles âmes a pris sa plume pour demander aux Chauvet, Célimène et autres Cruse d'arrêter ?  NON !
   Personne n'a ouvert la bouche. Personne n'a rien dit. Personne n'a osé rédiger un simple mail pour dénoncer ces pratique dégradantes émanant du PPM. 
   Lorsque le directeur du cabinet de Région a accusé publiquement (par mail) la présidente de l'Université de lutter contre les dérives du CEREGMIA  dans l'unique but d'avoir une bonne place sur la liste que conduirait Alfred Marie-Jeanne aux élections territoriales, personne n'a condamné ce mensonge ignominieux !
   Lorsque Camille Chauvet a mis une tête de chien à la présidente sur une photo où elle figure aux côtés du Président François Hollande, y a-t-il une seule belle âme qui a dénoncé ce acte ignoble ? NON !
   Lorsque le véhicule du doyen de la Faculté des Lettres a été dans un premier temps tagué sur le campus, puis dans un second temps, toujours sur le campus, saboté, qui a protesté ? PERSONNE !
   Inutile d'aligner les ignominies qu'on subi et que continuent de subir tous ceux et toutes celles qui luttent contre la mafia du CEREGMIA dans l'indifférence quasi-générale. Hormis quelques personnes courageuses qui ont créé une association de défense de l'Université et ont manifesté contre le retour des ensignants mafieux, tout le monde s'en fout.
   Eh bien, aujourd'hui, sachez que nous n'avons aucune leçon de tolérance à recevoir de tous ces muets  et ces muettes qui ont permis au PPM de nous lyncher durant 3 ans !
    AUCUNE !
   Car qui ne dit mot consent et quand on nous traînait dans la boue (injustement car nous avons la Loi avec nous) vous vous taisiez...

Pages