Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL
Le billet du jour

CE DROLE DE MONSEIGNEUR...

   Il est partout. Tout-partout même, comme disaient nos grands-mères. A l'arrivée du Tour des yoles, au départ du Tour cycliste, sur les marchés, à la campagne, avec les marins-pêcheurs, non loin des politiques de tous bords lesquels s'étaient d'ailleurs empressés de s'agglutiner à la cathédrale de Fort-de-France, telle cette  grosse enflure inutile de vice-président du Conseil général, lors de la remise du pallium à celui qui est désormais Monseigneur l'Archevêque de la Martinique, île "françoise de l'Amérique" depuis l'an de grâce 1635.

   On dit même que ce drôle de Monseigneur aurait dit (mais on dit beaucoup de choses dans cette île de bâtisseurs de Paradis hilares) qu'il aurait promis de courir le prochain carnaval. Le mercredi des cendres seulement, semble-t-il.

   Bigre !

   Heu...rappelons-lui tout de même à ce charmant jeune homme au visage lunaire et au sourire ultra-bright que la dernière fois où le divin a été mêlé au diabolique, ça avait tourné au vinaigre. Pire : à la catastrophe : 30.000 morts. Ca s'est passé à Saint-Pierre en janvier-février 1902 (le carnaval durait deux mois à l'époque), quand des hurluberlus décidèrent de se déguiser en moines, ma-soeurs, curés, bedeaux, évêques, archevêques, cardinaux et même papes !!! Des dingos de chez dingos revêtirent même des cochons, tenus en laisse, de vêtements sacerdotaux et les promenèrent à travers la ville tout au long des "vidés". Au cours de ce carnaval-là, tous les tabous volèrent en éclats et les limites de la débauche et de la "vacabonnagerie" furent tellement dépassées que d'aucuns prédirent que la fin du monde était proche. Ils ne se trompaient qu'un tout petit peu : ce fut la fin de LEUR monde, un certain 8 mai 1902.

   Oui, Monseigneur, nous nous inquiétons donc non seulement de constater que vous laissez dire que vous comptez courir le prochain carnaval, mais aussi quand on vous voit bénir certaines crapules franc-maçonnes qui n'ont que l'injure raciale (anti-Blanc) à la bouche chaque vendredi soir sur une certaine télé-poubelle et ça depuis des années lesquelles crapules promettent, entre autres insanités, de "karchériser cette vermine qui préside l'Université des Antilles".

   Ki sa ka pasé la-a ? se seraient étonnées nos grand-mères en bonnes "ravet légliz" qu'elles étaient. Depuis quand l'Eglise catholique, apostolique et romaine fait-elle amie-amie avec la Franc-maçonnerie diabolique, raminagrobique et mondaine ?

   Mais vous nous éclairerez très bientôt sur ces bizarerries, n'est-ce pas, en roi des communicants que vous êtes ? A ce propos, chapeau ! Vous avez renvoyé dans les cordes et les vieux curés enfermés dans leurs presbytères et ennuyeux comme des jours sans "tinen-lanmori" et les protestants de tous acabits, grands spécialistes en porte à porte, meetings avec pasteurs yankees vociférants et convertisseurs à la vitesse grand V d'âme en détresse.

   La presse locale, pour autant qu'elle existe, disons plutôt les photographes, n'en ont plus que pour vous. Mgr Macaire par ci, Monseigneur Macaire par là ! Désormais, tout un chacun veut faire un selfie avec Votre Sainteté, même les quimboiseurs, les athées, les franc-maçons déjà nommés, les travailleuses des Terres-Sainville, les immigrés sans papiers et bien sûr toutes les Miss Beauté ceci ou cela et autres Caroline de Morne Caco.

     Bravo pour ce renouveau du catholicisme dans cette île en voie de paganisation ! Il était temps car nos chères églises n'étaient plus fréquentées que par des vieilles femmes et des enfants qu'on forçait à lâcher leur portable pour aller écouter des histoires vieilles de 2.000 ans même pas transformables en jeu-vidéos. Là, désormais, on verra affluer le Jour du Seigneur, des hordes de politiques encravatés s'étant délestés de leur hypocrisie, des enseignants anciennement feignants, des médecins autrefois je-m'en-foutistes, des avocats jadis véreux, des yoleurs plus du tout tricheurs, des coureurs cyclistes non dopés, des agriculteurs refusant le chlordécone, des marins-pêcheurs n'achetant plus leurs poissons à des chalutiers vénézuéliens, des jeunes sans emploi mais désireux d'être vigiles ou employés chez MacDo, des femmes non plus de mauvaise mais de meilleure vie, bref la Martinique entière que vous avez régénérée depuis votre nomination.

  Elle sera à vos pieds, Monseigneur, et vous n'aurez plus qu'a prononcer une parole pour qu'elle vous suive en bon berger que vous êtes.

   Mais permettez que nous rappelions à Votre Sainteté qu'il existe cependant un bastion (le dernier ?) de la laïcité : l'école et l'université.

   Ni vous ni le pasteur adventiste ou évangéliste ni le prêtre hindou ni l'imam musulman ni le gourou bouddhiste ni le grand-prêtre vaudou n'ont le droit d'y pénétrer. Merci de respecter cette loi !

   Que Dieu soit avec vous !

Image: 

Commentaires

GIRIER-DUFOURNI... | 10/09/2015 - 18:57 :
Ce don d'ubiquité commence à interpeller. Qu'est-ce que l'homme, en plus soldat, sinon qu'un parvenu égoïste, sans foi ni loi, démontrant au simple citoyen que malgré sa haine pour ses semblables, il fait ce qu'il veut. Et , même les représentants de notre Dieu, pas le sien, lui donnent l'absolution.... N'y a t-il pas dans dans tous cela, la preuve que le simple citoyen doit encore subir....
GIRIER-DUFOURNI... | 10/09/2015 - 18:58 :
Lui à qui on refuse la communion, pour un divorce ou une union libre?..

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages