Accueil

Augmentation du prix de l'essence = 6 bouteilles de champagne en moins par habitant

Augmentation du prix de l'essence = 6 bouteilles de champagne en moins par habitant

   Une dépêche de l'Agence Reuters vient de nous apprendre que les viticulteurs français sont fort en colère et qu'ils ont adressé une protestation solennelle au directeur de la SARA, usine colonialiste située en Martinique chargée de raffiner le pétrole importé du monde arabe, de le raffiner pour en faire de l'essence aux normes européennes, puis de le diffuser dans les îles antillaises sous pavillon français depuis l'an de grâce 1635. Motif de cette colère des vignerons bordelais et champenois : l'augmentation du prix de l'essence de 19 centimes entraînera, selon les calculs de leurs experts (qui sortent tous de Polytechnique), une baisse d'achats de bouteilles de champagne à hauteur de 6 bouteilles sur l'année 2007 par tête d'habitant. Ça n'a l'air de rien, six misérables bouteilles, dira-t-on de prime abord, sauf qu'il faut les multiplier par le nombre d'acheteurs martiniquais et guadeloupéens lequel se chiffre à plusieurs dizaines de milliers. C'est donc une perte sèche qui, elle, se montera à plusieurs millions d'euros.

   Bref, une catastrophe quand on sait que ces deux îles paradisiaques (ben oui, quoi, au paradis, il pleut tout le temps ! Mussieu l'abbé vous l'avait pas dit lors des leçons de catéchisme ?) se disputent d'une année sur l'autre le titre envié de premier importateur mondial de champagne rapporté à la population. L'an dernier, l'île aux fleurs fanées avait gagné le pompon, cette année, c'est au tour de l'île-papillon aux ailes brisées. Faut-il préciser que ces rivales éternelles ne produisent presque rien ou plus exactement que le taux de couverture des importations par les exportations est de 13%. Si Mada ou Gwada étaient des entreprises privées, elles auraient été déclarées en faillite depuis des lustres. Si elles avaient été des individus, elles auraient été trainées devant la commission de surendettement. Mais ce sont les timanmay/timoun-doudou-chéries de l'Amère patrie Une et Indivisible, patrie des Arts et des Lettres, et à ce titre, tous les caprices leur sont permis, y compris se gaver ou se goinfrer au champagne.

   Jusqu'à cette décision colonialiste d'augmentation du prix de l'essence...

   Fort heureusement, les viticulteurs hexagonaux ont trouvé des alliés puissants en la personne des syndicats insulaires, rodés depuis des siècles à la lutte des classes et pour lequel Péyi-a sé ta nou puisque lesdits syndicats ont, eux aussi, dénoncé cette augmentation proprement scélérate__il ne faut jamais cesser de le répéter !__qui aura pour effet de diminuer encore plus le pouvoir d'achat des-masses-populaires-injustement-exploitées-par-une-castes-de-békés-colonialistes-et-racistes-descendants-directs-des-esclavagistes-d'autrefois-étroitement-lié-au-pouvoir-colonial-français-qui-exploite-notre-pays-sans-vergogne-et-bla-bla-bla.

   Aux dernières nouvelles, les viticulteurs français seraient mêmes prêts à aider les peuples exploités des Antilles à obtenir leur indépendance les syndicats ayant exigé cette dernière sans délai. En effet, une fois cette dernière obtenue, il n'y aura plus de SARA et de pouvoir colonial pour empêcher l'importation du vin à bulles...

Pages