Accueil

Athon Mas, Le Grand Défi

Charles-Henri FARGUES
Athon Mas, Le Grand Défi

Le 25ème Tour des Yoles Rondes de la Martinique va s’élancer, dimanche prochain, 26 juillet 2009, de la commune du Vauclin.

Athon Mas, vainqueur du Tour 2008, sera à la pagaie de sa yole sous les couleurs de Mirsa/Dr Roots.

Il nous livre, dans cet ouvrage «Athon Mas, le grand défi», écrit par Charles-Henri FARGUES, le récit de sa victoire.

Anecdotes, récits des étapes, réflexions sur l’évolution et le devenir de la yole, ce livre regorge de révélations sur des évènements inconnus du public mais aussi sur les péripéties et les obstacles surmontés depuis la rupture avec l’ancien sponsor en 2005.

Il constate également la mutation de ce sport et, comme l’écrit Gerry L’Etang dans la préface, «Cet ouvrage montre également en filigrane, l’évolution qu’a connue notre pays ces dernières années».

Le livre est dans toutes les librairies au prix de 20 euros.

Extraits: «Pendant quelques jours j’ai réfléchi. Je me suis dit, comme ils estiment que je n’aie plus la compétence technique, que je n’aie plus les moyens physiques, que je n’aie plus la capacité de gagner un Tour, je vais leur montrer qu’ils se trompent. Pour ça, je vais lancer un défi. Je vais prendre des novices, des gens qui n’ont pas de compétence dans la yole, des jeunes. Je vais les initier, les former, leur apprendre la yole, quoi ; et je me suis donné trois ans pour gagner le Tour de la Martinique des yoles rondes avec eux».

boule  boule  boule  

Athon Mas : Le grand défi

Préface

Gerry L’Etang

Lorsque Charles-Henri Fargues m’a annoncé qu’il rédigeait un ouvrage relatant le dernier Tour de Martinique des yoles rondes vu à travers le regard du vainqueur, nous avons échangé sur l’intérêt anthropologique d’un tel travail.

C’est une première qui vient enrichir notre légende créole. Les productions précédentes étaient de magnifiques recueils de photographies et avaient le mérite de présenter les données essentielles d’une activité endémique à la Martinique. Mais à notre connaissance, personne n’avait encore publié sur le vécu des courses de yole. Ce récit, qui dresse le portrait et la geste d’un champion, Athon Mas, révèle l’intime de ce sport, donnant accès à des faits, détails, évènements inconnus du public.

A la genèse de cet ouvrage, il y a un article pour le magazine La Tribune Des Antilles. Athon et Charles-Henri eurent à cette occasion plusieurs séances de travail. Devant la richesse du témoin et du témoignage, l’idée d’un livre s’est imposée, pour mieux faire connaître la yole à ceux que captivent les compétitions – ceux qu’Athon nomme « Le Peuple de la Yole » – et aussi aux autres.

Lors de la collecte, les deux hommes ont construit une relation dont Raphaël Confiant a pu dire qu’elle était fraternelle. Dans un premier temps, au cours de séances de trois heures, les échanges ont porté sur cette discipline sportive et ses perspectives, dans un contexte économique devenu difficile (l’argent, les partenaires se raréfiant), mais aussi sur l’histoire récente de la yole, sa fabrication, ses compétitions, ses grandes figures. Dans une seconde phase, Athon a raconté son tour 2008, sa victoire et tout ce qui y a participé. Fleuve de paroles, de souvenirs. Phrases fortes : « Sans pression, une avarie, c’est juste un obstacle à surmonter. Avec la pression, c’est faire face à une catastrophe ».

Charles-Henri, qui orientait les thèmes, confie: «À chaque séance, avant de poursuivre le déroulé de la course, nous revenions sur ce qu’il m’avait dit la fois d’avant, sur la perception que j’en avais, sur ce qui me paraissait intéressant de garder, discutant du bien fondé de ces choix. Athon apportait des précisions utiles à la clarté, à la compréhension du récit, ou proposait de modifier tel ou tel passage».Des dizaines d’entretiens et plusieurs mois après, la collecte était terminée. Charles-Henri disposait de longues heures de narration, retranscrites sur des dizaines de feuillets.

Puis Charles-Henri s’est attaché à restituer l’histoire au plus près de la façon dont elle fut racontée, en gardant les expressions du conteur, en notant la communication non verbale, afin de rendre perceptible le climat émotionnel de chaque instant du récit.

Cette quête de fidélité conduit à ce que le style du texte oral ne soit que marginalement modifié. Il en découle des spécificités langagières, des répétitions qui ont ici l’attrait de l’authenticité. Nombre de passages sont toutefois des traductions, le propos ayant été recueilli en créole et en français. Des extraits en créole ont néanmoins été gardés, des néologismes ont été créés. On trouvera, fruit de la proximité entre celui qui relate et celui qui collecte, des détails savoureux, des révélations inattendues, au-delà du visible des voiles. Le lecteur percevra cette sensation d’entendre un Maître-yoleur raconter un parcours d’émotion, de détermination, de conviction. 

Le livre s’organise selon une mise en scène qui suit la chronologie d’un tour de yoles. Les péripéties vécues chaque jour par les équipages, les choix tactiques des patrons, les aléas de la course, les infortunes de mer sont évoqués. Mais il y a aussi ici une autre histoire, celle de la vie d’Athon. À travers des retours sur le passé, le lecteur découvre l’envers du décor, l’évolution de la pratique yoleuse, la trajectoire des hommes, des croyances, des usages. Et puis la douce revanche d’Athon, héros créole forçant la destinée.

Chronique de yoles et de yoleurs, cet ouvrage montre également en filigrane l’évolution qu’a connue notre pays ces dernières années. Notamment l’effritement de certains particularismes culturels. Par exemple, la pratique du quimbois semble, chez nos gens de mer comme ailleurs, en voie d’affaiblissement. Mais ce texte témoigne aussi des résistances à la déperdition culturelle, en inscrivant des traits menacés dans la modernité et dans un circuit économique. Le triomphe de la yole et de son Tour, devenu le premier évènement culturel et sportif du pays, est un modèle de renouvellement des traditions.

Félix Lagier, puis Désiré Lamon, Frantz Ferjules, Charles Exilie ont introduit la mythologie de la yole. Une nouvelle génération de monstres sacrés, Georges-Henri Lagier, Félix Mérine, Athon Mas, la poursuit. Elle émerveille les supporters les plus acharnés, mangeurs de poissons rouges des rives Est de Martinique. Mais au-delà, c’est l’ensemble de l’île qui est concerné, y compris ceux qui viennent nous visiter.

Durant la semaine du Tour, Poto-mitan des Grandes-Vacances, le bord de mer de Sainte-Anne à Grand-Rivière s’emplit de dizaines de milliers de passionnés, avides de suivre le ballet des bois-dressés, la tracée colorée des voiles sur le bleu. Ce livre contribue à la connaissance de ceux qui nous offrent cette beauté-là.  

Athon Mas et Charles Fargues