Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

"ALLIANCE CONTRE-NATURE", DISENT-ILS : DU GRAND N'IMPORTE QUOI !

   Le PPM et ses alliés rassemblés au sein d'EPMN ont subi un véritable "kwoch-pat" avec l'alliance de gestion entre le "GRAN SANBLE" et "BA PEYI-A AN CHANS". Aussitôt, ils se sont mis à pousser des cries d'orfraie, à hurler à l'union "contre-nature", à la dénoncer tous azimuts dans une cacophonie qui serait risible si l'enjeu de l'élection pour la Collectivité Territoriale de Martinique n'était pas un enjeu majeur. En fait, nos grands donneurs de leçon de moralité politique oublient que le PPM s'est créé avec des hommes de gauche et de droite. Ils oublient qu'Emile MAURICE, chef de la droite martiniquaise durant trente ans, fut l'un des membres fondateurs du parti d'Aimé CESAIRE. Ils oublient, quand l'on fait un bond par-dessus les décennies, que Pierre PETIT, Jenny DULYS, Chantal MAIGNAN, Marcel BONTE, Eric HAYOT et nombre d'élus de la droite ont soit rejoint le PPM soit se sont alliés à lui.

   S'il y a donc du "contre-nature", il a d'abord été chez eux et le fait qu'ils s'insurgent aujourd'hui contre le pacte de gestion entre le "GRAN SANBLE" et "BA PEYI-A AN CHANS" relève de la malhonnêteté intellectuelle la plus crasse et témoigne de la panique qui s'est emparée d'eux à l'idée d'un raz-de-marée au soir du 13 décembre prochain. Car si le PPM et ses alliés perdent, ce ne sera pas simplement une défaite politique, ce ne sera pas seulement une alternance normale dans un système démocratique, mais aussi l'ouverture des écuries d'Augias. Et de ça, ils ont très peur ! Car quand les nouveaux élus, si tel est le cas, arrivent au pouvoir, ils devront mettre au grand jour toutes les combines, magouilles, habillages fumeux, protections occultes et autres pratiques mafieuses-macoutistes qui ont ponctué les 5 ans de règne du Pharaon de la Tour Lumina.  
   Et ce ne sera pas joli à voir ! L'affaire des voyous multirécidivistes embauchés par la Région n'étant que le sommet de l'iceberg.
   Mais si l'on revient au pacte de gestion entre le "GRAN SANBLE" et "BA PEYI-A AN CHANS", pacte motivé par l'état de délabrement économique, social et culturel de la Martinique (classée 25è sur 26 des régions françaises pour sa gestion !), il convient de rappeler, comme Louis BOUTRIN et moi-même l'avons fait dans la biographie politique que nous avons consacrée au leader du "GRAN SANBLE" ("Alfred Marie-Jeanne, une traversée verticale du siècle", Caraibéditions), que "CHABEN" a toujours été un homme de DIALOGUE et d'OUVERTURE. En effet, contrairement à une légende qui en fait une sorte d'autocrate, voire de dictature, il a toujours su à des moments-clé de notre histoire dialoguer avec des hommes ou des femmes politiques appartenant à des camps politiques opposés au sien.
   Qu'on examine la photo qui illustre le présent article ! C'était en 1999 et "CHABEN" avait su réunir autour de lui Lucette MICHEAUX-CHEVRY du RPR et Antoine KARAM du Parti socialiste guyanais afin de signer la fameuse "Déclaration de Basse-Terre". S'agissait-il d'une alliance contre-nature ? Aucunement ! Il s'agissait d'un acte d'intelligence et de respect de l'intérêt supérieur des populations des trois territoires français d'Amérique. Il s'agissait de tenter de sortir progressivement du carcan néo-colonial, d'envisager de nouvelles voies, d'explorer un avenir "hors des jours étrangers" en allant "au rythme du peuple" selon l'une de ses expressions favorites.
   Et n'oublions pas non plus l'alliance à la Région avec Pierre PETIT d'OSONS OSER, lequel PETIT avait obtenu la présidence de la Commission des Affaires économiques, ce qui n'est pas rien. Il s'agissait, à ce moment-là déjà, de réparer les dégâts causés par la désastreuse mandature de Camille DARSIERES du PPM (dont le principal conseiller économique était Fred CELIMENE, directeur à l'époque du CEREGMIA), mandature qui avait laissé un déficit de plus d'un milliard de francs.
   Il n'y a donc rien de nouveau sous le soleil s'agissant de l'actuel pacte de gestion MARIE-JEANNE/MONPLAISIR. Il s'agit, répétons-le, de retenir un pays qui est au bord du gouffre et de le remettre dans les rails au plus vite au-delà des différences idéologiques.
   Il s'agit d'un acte de SALUT PUBLIC !
   Les électeurs le comprendront-ils ? Seront-ils sensibles aux criailleries hypocrites du PPM et d'EPMN ? Nul ne le sait car chat échaudé...

Pages