Accueil
Le billet du jour

Aimé Césaire n’a jamais désigné de dauphin !

 Lorsqu’en 2001, après 59 ans et 9 mois de mandat de maire de Fort-de-France, Aimé Césaire quitte son poste, c’est une page d’histoire de la Martinique qui se tourne tant le poète, qui ne s’est jamais détourné de sa vocation première, a marqué son peuple.

   Dans la vidéo de l’INA ci-après, le journaliste lui demande :

   « Avez-vous désigné un dauphin ? »

   Aimé Césaire éclate de rire et retourne la question à l’envoyeur :

   « Suis-je un monarque ? »

   Docs ceux qui aujourd’hui proclament à cors et à cris être les « héritiers », « fils », « légataires testamentaires » ou « dauphins » de l’auteur de « CAHIER D’UN RETOUR AU PAYS NATAL », sont des imposteurs et rien d’autre.

   Cette vidéo le prouve sans discussion possible.

 

Commentaires

GIRIER-DUFOURNI... | 28/07/2015 - 15:54 :
Ceux qui disent le contraire sont des menteurs et manipulateurs. Il serait bon que cette vidéo soit montrée sur toutes les radios et télévisions de Martinique pour que la vérité soit connue ,pour lever les ambiguïtés et dénoncer le mensonge.....
MAJEMI | 28/07/2015 - 20:10 :
Peut-on partage votre billet du jour?
Lydie GILBERT | 03/12/2015 - 05:35 :
Aimé Césaire ne pouvait désigner aucun dauphin et pour cause, la ville de Fort-de-France n'est pas une petite monarchie - Par contre la rente du "césairisme" ou de ce qu'il en reste, est bien utilisée par une bande d'imposteurs avides de pouvoir, de notoriété à moindre frais et surtout de fric - Ces nouveaux caciques du Néo-PPM n'ont rien de "césairien", car si Aimé Césaire s'est transformé au fil du temps en petit "démiurge" franco-français faisant fi d'une authentique "libération nationale" martiniquaise, il avait au moins un minimum de décence en politique - Ce qui n'est pas le cas de cette troupe d'aigre fins qui a pris sa suite au Néo-PPM ! Ces connards ont déjà la plus "grosse" collectivité municipale en l'occurrence la ville de Fort-de-France, leurs donner en plus la gestion de la CTM eût été un fâcheux déséquilibre démocratique sous forme "d'arrogant macoutisme" -

Pages