Accueil

A SON ARRIVEE, ADAMA BARROW PARTAGE DE L’ARGENT, L’IMAGE SUSCITE LA POLEMIQUE

By Borel http://www.afrikmag.com/
A SON ARRIVEE, ADAMA BARROW PARTAGE DE L’ARGENT, L’IMAGE SUSCITE LA POLEMIQUE

Le geste du nouveau président Gambien est-il une erreur? Les images parlent d’elles-mêmes. Au lendemain de son arrivée à Banjul, capital de la Gambie, l’un des gestes les plus curieux d’Adama Barrow, c’est qu’il s’est mis à distribuer des liasses d’argent aux populations présentes dans la rue qui acclamaient le cortège présidentiel, rapporte le quotidien sénégalais Libération.

« Planté sur son véhicule, sourire innocent et yeux pétillant de malice, il a sorti des liasses de billets en dalasi (la monnaie gambienne) pour en distribuer à tout va, il arrosait ses supporters massés le long du chemin menant à son domicile. Oubliant sans doute qu’il n’est plus un simple citoyen, qui peut s’autoriser cette liberté, mais plutôt le Président de la Gambie. Un statut qui commande discrétion et retenue », ajoute le site d’information.

D’après certains observateurs, c’est une grave erreur et un geste déplacé de la part d’un président de la République.  »Il n’est pas mauvais d’être altruiste mais la méthode utilisée pour partager l’argent n’est pas bonne. Il est mieux de créer des emplois et de donner le travail à chacun », explique un analyste politique.

Au regard de l’importante quantité des liasses, l’on pourrait se demander d’où sort cet argent?  »Mais il faudrait que le nouvel homme fort de la Gambie fasse attention, puisque l’on ne sait jusqu’à quand les Gambiens lui donneront carte blanche pour de tels dérapages. Il faut qu’il sache que l’état de grâce finira tôt ou tard », ajoute un autre citoyen gambien.

Un observateur averti a d’ailleurs profité pour donner un conseil à Adama Barrow « Monsieur Barrow ferait mieux de se concentrer sur la réconciliation et la reconstruction de son pays au lieu d’écouter les va-t-en guerre qui réclament la tête de Jammeh. Qu’il installe la commission « Vérité et Réconciliation » comme en Afrique du Sud et qu’il la laisse faire son travail pendant que lui se concentre sur le redressement de la Gambie. Jammeh rendra compte, tôt ou tard, s’il a fait du mal ou non. » a-t-il déclaré.

Pages