Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

A QUOI ONT SERVI 8 ANS DE PRESIDENCE OBAMA ?

A QUOI ONT SERVI 8 ANS DE PRESIDENCE OBAMA ?

  Telle est la question que l'on est en droit de se poser après l'énième meurtre de sang-froid d'un Noir par un policier blanc dans la ville de Minneapolis.

 Où sont-ils tous ceux qui avait, lors de première élection d'OBAMA, chanté et dansé à travers tout le "Monde noir" ? De Harlem à Dakar, de Fort-de-France aux banlieues françaises, des Kanaks aux Brésiliens noirs et même chez les aborigènes australiens. D'aucuns clamaient même "C'est NOTRE président" comme s'ils étaient des Américains ! Dans la ville de Saint-Anne (Martinique), dont le maire de l'époque était un indépendantiste, on avait même organisé une retraite aux flambeaux mêlant le drapeau rouge-vert-noir à l'emblème américain, pourtant honni jusque-là parce que symbole de l'impérialisme.
 Ces enthousiastes avaient oublié ou n'étaient pas au courant de plusieurs choses pourtant importantes : d'abord, les Noirs américains ne sont que...12% de la population des Etats-Unis soit environ 38 millions de personnes dans un pays qui en compte...350 millions. L'omniprésence des Noirs, depuis quelques décennies, dans le sport, la musique, la télévision, le cinéma et la mode peut expliquer pareille méprise. C'est pourtant une donnée capitale pour comprendre l'élection d'OBAMA. En effet, même en supposant, que la totalité des électeurs noirs américains aient voté pour lui, jamais il n'aurait pu être élu. Ni la première fois ni la deuxième.
 OBAMA a été, arithmétiquement, élu par la majorité blanche américaine.
 Deuxième élément que les enthousiastes de part le monde avaient oublié ou ne savaient pas : il s'est constitué depuis les années 80 du siècle dernier une très riche bourgeoisie noire américaine grâce à l' entertainment (sport-musique-cinéma-télé etc.) d'une part et de l'autre, grâce à l'accès des Noirs aux plus prestigieuses universités américaines. OBAMA possède ainsi un doctorat de l'Université de Harvard, fief de l'aristocratie blanche. Cette bourgeoisie se sent américaine et cela à juste titre car les Noirs ont autant construit les Etats-Unis durant trois siècles que les Blancs, certes au détriment des Native Americans (dits "Indiens"), mais ça, c'est une autre histoire.
 Troisième élément perdu de vue dans l'enthousiasme de la victoire d'OBAMA : les Etats-Unis sont l'Empire du monde actuel tout comme le furent en leur temps Rome, l'Empire Omeyade,  l'Empire ottoman, l'Empire britannique ou l'Empire chinois. Or, aucun empire ne décide de lui-même de cesser d'être un empire, c'est-à-dire de cesser de dominer le monde. Et la puissance des Etats-Unis est cent fois supérieure à celle de tous les empires qui viennent d'être cités et surtout, pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, elle est vraiment mondiale. Les Romains ne savaient pas qu'il existait un continent par-delà l'Atlantique ; les Omeyades ou les Ottomans n'ont jamais conquis l'Afrique noire ; les Chinois ne connaissaient rien des Antipodes (Polynésie, Mélanésie, Australie, Nouvelle-Zélande etc.). Les Etats-Unis sont devenus le premier empire mondial au sens plein de ce terme.
 Devenir président d'un tel empire, même si on est un Noir, vous lie les mains.
 Ce qui explique que moins de 6 mois après son élection, OBAMA ait envoyé 30.000 soldats supplémentaires en Irak. Qu'il n'ait rien fait pour mettre au pas les despotes sud-américains, arabes et africains qui exploitent leurs propres peuples (normal ! Ce sont des alliés des Etats-Unis). Qu'il n'ait pas bougé sur la question palestinienne, permettant ainsi à Israël de grignoter année après année sur le territoire des bantoustans que sont Gaza et la Cisjordanie au point d'être prêts aujourd'hui à les phagocyter complètement. Que dans son propre pays, les Etats-Unis, il n'ait pas réformé la police raciste au point que pendant ses deux mandats autant de Noirs (le plus souvent jeunes) ont été tués que sous le mandat de n'importe quel président blanc etc..
 Il n'a, en fait, que l'OBAMACARE à mettre à son actif, cette sorte de Sécurité sociale qui permet, notamment, aux plus démunis et donc aux Noirs de pouvoir se faire soigner. Mais même cette loi progressiste fut dévitalisée par le Congrès américain au point de ne pas arriver à la cheville de la Sécu française pourtant si décriée par les Français et les sujets français que nous sommes, nous autres, Antillais, Guyanais et Réunionnais. Si dévitalisée que TRUMP n'a eu aucun mal à la détricoter complètement une fois arrivé à la Maison Blanche ! Ce qui explique que les Noirs américains ont été trois fois plus atteints par le Covid-19 que leurs compatriotes blancs et en sont décédés.
  La bourgeoisie noire américaine s'est créée ses propres ghettos de luxe où elle est protégée de la violence raciste. Certes, à chaque meurtre d'un Noir (le plus souvent pauvre), elle fulmine, s'indigne, clame sa solidarité dans les médias, mais ça s'arrête là. OBAMA s'est acheté récemment un manoir de douze pièces à Martha's Vineyard, ce île-ghetto pour milliardaires blancs au large de l'état du Massachussets où vit , entre autres, la dynastie des KENNEDY.
 Un jour viendra, pas si lointain, où les Noirs américains se révolteront massivement non seulement contre la White Power Structure autrement dit le Pouvoir blanc, mais aussi contre leur propre bourgeoisie, la noire...
Image: 

Pages